HOMMES AU FOYER

Quelle femme n'a pas au moins une fois éprouvé la frustration de voir son homme prendre d'interminables pauses, alors que le ménage n'était pas encore terminé ? Comment peut-il se permettre d'être aussi détendu, alors qu'il reste tant à faire?

   
 
Art de vivre  
 
Comme presque toutes les femmes de sa génération, Christiane a été élevée dans une famille où le père jouait le rôle de pourvoyeur et la mère celui de femme au foyer. Ses frères ne faisaient rien dans la maison tandis qu'elle devait aider sa mère aux travaux ménagers. “J'ai appris à être au service de l'homme”, affirme Christiane. Au tournant de la quarantaine, elle travaille à temps plein à l'extérieur, s'occupe de ses filles de 16 et 18 ans, de son époux et des tâches domestiques.   
  
    
Christiane se demande qui vaquerait aux tâches domestiques si elle ne les faisait pas. Son mari, qui a aussi été élevé dans une famille traditionnelle, ne voit pas le travail à faire dans une maison. “Moi, j'aime que ce soit propre, explique Christiane. Lui, ça ne le dérange pas, ce n'est pas sa priorité. ” Si elle lui demande de l'aider, il accepte volontiers, mais il prend rarement des initiatives. II travaille lentement et fait de fréquentes pauses, alors qu'elle, elle préfère ne pas manger tant que le travail n'est pas terminé. “C'est lui qui a la meilleure attitude”, avoue-t-elle cependant.  
 
Christiane perçoit les tâches ménagères comme des obligations. “Parfois, j'aimerais mieux ne pas les faire, mais il FAUT que je les fasse”, dit-elle. Son conjoint tente de ralentir ce rythme effréné en l'incitant à prendre quelques jours de congé ou à participer à des activités hors de la maison. Mais Christiane ne se sent pas le droit d'arrêter tant que tout n'a pas été fait. D'ailleurs, à l'extérieur, Christiane ne pense qu'au travail qui l'attend à la maison. Et Christiane continue ainsi, comme des milliers de femmes, à porter le monde sur ses épaules.  
 
  
  

Condividi questo articolo